shiba élevage

  • PARC À CHIENS pour votre shiba inu : BONNE OU MAUVAISE IDÉE

     

    le shiba inu et la socialisation

    Les airs d’exercices canins sont de superbes endroits ou laissez-notre chien courir libre en toute sécurité. Cependant, il demeure certains risques  comportementaux qui y sont associés qui méritent d’être mis en lumière.

    Bien qu’ils soient  sociaux envers les membres de leur espèce, les chiens ne sont pas des animaux de << meute >>. 1

    D’ailleurs, lorsque les chiens sont sauvages, les comportements ludiques sont très rares en haut de l’âge de 2 ans. L’animal conserve plutôt son énergie à des tâches plus importantes telles que se nourrir et  se reproduire. Les chiens qui s’aperçoivent au loin, on plutôt tendance à s’offrir des signaux d’apaisements afin de conserver leur distance mutuelle et éviter une rencontre.

    Aller au parc à chiens n’est pas nécessairement un cadeau pour votre chien!

    La réalité des chiens domestiques est beaucoup plus complexe. Tout d’abord, les chiens sont pleins d’énergie. Ils n’ont pas travaillé pour rechercher leur nourriture, ils n’ont pas sortie de la journée. Ils sont donc peu prédisposés à gérer leur relation inter-canine avec une attitude posée.

    Dans un contexte << naturel >>, les chiens ne seraient pas d’âges et de grosseurs si différentes dans un lieu aussi petit ! Les parcs à chiens sont souvent très limités au niveau des espaces de <<refuges >>. C’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle plusieurs chiens se cachent sous une table, loin sous les arbres ou entre les jambes des humains.

    LES RELATIONS INTER-CANINES ONT BESOINS D’ÊTRE GÉRÉES PAR L’HUMAIN !

    Laisseriez-vous un enfant  de 6 ans en frapper un autre de 3 ans en disant : << laisse-les faire ils vont se débrouiller ? >>.Les chiens ont des personnalités uniques  avec des prédispositions génétiques comportementales  qui peuvent s’avérer  très irritables pour les autres chiens :

    • Les chiens de berger ont des prédispositions à encercler les autres chiens et leur japper après. Ils ont souvent une bulle  personnelle plutôt limitée.
    • Les  chiens de petites races apprennent rapidement que les interactions avec les autres chiens peuvent être physiquement douloureuses. Même si les chiens de plus grandes tailles font attention, un coup de patte de leur part est souvent l’équivalent de 3 fois leur poids !  Les petits chiens deviennent donc très suspicieux et sur  leur garde.
    • Les chiens très énergiques  tels que certains chiens de chasse, les huskyspitbulls ou autres  ont des prédispositions à exprimer des comportements de prédation sur leur pair. Le jeu passe rapidement de   << je vais t’attrapé >>  à << HEY TOI ? ARRÊTE DE COURIR LA GAZELLE >>. Le poursuivi  passe alors de <<je joue >>  à  <<je fuis >>.

    Au parc à chiens : l’intimidation n’a pas sa place !

    Dans tous les cas l’intimidation n’a pas sa place et les chiens qui sont impoli ne devraient pas être réprimandés mais plutôt redirigés très calmement. Pour obtenir des réactions inter-canines zens, nous devons les construire et éduquer notre chien à vivre en ‘’société canine transformée par l’humain’’. Ça vous semble impossible à faire car votre chien cours comme un fou et vous ne pourriez jamais l’attraper ? Il vaudrait probablement mieux travailler votre chien à avoir une meilleure obéissance et un meilleur rappel. D’autre part, votre chien gagnerait à préférer jouer avec vous qu’avec d’autres chiens. Une fois vos bases d’éducation canine acquises, épuiser votre chien physiquement avant sa sortie au parc à chiens et vous serez déjà  plus outillé pour gérer votre chien efficacement.

    COMMENT SAVOIR SI VOTRE CHIEN JOUE ET QUE L’AMBIANCE EST BONNE ?

    Les chiens sont détendus, il y a peu ou pas de jappement. Les chiens se promènent et prennent de l’espace, ils sentent à terre et son curieux de leur environnement. Lorsqu’ils jouent ils prennent régulièrement des courtes pauses de 3 à 10 secondes.  Les postures de vos chiens sont souples. On ne voudrait pas voir des  corps qui figent, chiens qui se lancent sur le dos, crête levée, grognement et zignage. Si vous deviez apercevoir ces signes, rappelez le chien qui << dérange >> l’autre. Puisque les interactions canines sont très rarement gérées dans un parc à chiens, évitez d’amener les chiens en bas de 5 mois. Vaut mieux moins d’expérience que d’en avoir plusieurs mais de piètre qualité.

    SI LE PARC À CHIENS EST UN MAUVAIS CHOIX,  QUE POUVEZ-VOUS FAIRE ?

    Offrez à votre chien des contacts canins avec des chiens que vous connaissez bien et qui sont à l’aise avec les autres chiens. Rappelez-vous que votre chien n’a pas besoin d’avoir des contacts avec les membres de son espèce pour être comblés dans ces besoins canins. Amenez votre chien dans des lieux ou les contacts sont supervisés : garderie éducative à Rimouskiflair concept animal à Montréal ou tous autres endroits encadrés par des spécialistes avec des méthodes à jour.

    article source

    Lire la suite

  • Accepter nos shiba comme ils sont

    Des humains qui ont du mal à accepter leur shiba tel qu’il est, à faire le deuil du chien parfait, celui de leurs rêves, de leurs fantasmes ou de leurs souvenirs idéalisés.

    Celui qui ressemblerait au labrador apparemment formidable du voisin, ou du dalmatien si « gentil » des films pour enfants.

    Ce chien qui n’aboierait jamais, ne tirerait pas à la laisse, ne serait jamais surexcité, anxieux, irrité ou agressif.

    Voici un article de Marie Perrin comportementalise pour toutes les personnes souhaitant le shiba parfait ,

    personellement je vous conseil donc la peluche..

     Notre rôle, en tant que propriétaire, c’est d’apprendre à connaître notre chien, ce chien-là, si particulier, si unique, avec ses doutes, ses limites, ses failles. Et de nous adapter pour que notre (longue) vie en commun soit la plus paisible et la plus agréable possible. Regardons les qualités de nos chiens avant de nous arrêter sur leurs défauts, et profitons de chaque moment que nous pouvons passer en leur compagnie, car le temps passe si vite…

    L'article complet ICI

    Lire la suite

  • 14 choses que font les personnes qui considèrent leurs shiba comme leurs enfants !

    Il est bien clair qu’en adoptant un shiba, c’est un nouveau membre à part entière de la famille que l’on accueille chez soi. Pour certaines personnes, le statut de l’animal va bien au-delà de cela : elles considèrent littéralement leurs toutous comme leurs propres enfants et les traitent en tant que tels.

    Il n’y a rien de mal à cela, bien au contraire. Tant que l’on n’en fait pas trop et que le bonheur et la santé du chien sont préservés, ce type de relation ne peut qu’être bénéfique pour les 2 parties. En revanche, si cela induit des problèmes comportementaux (manque d’obéissance, destruction d’objets, etc.) et met son intégrité physique en jeu (obésité, etc.), un réajustement doit être effectué au plus vite.

    LIRE L'ARTICLE COMPLET

    la place du shiba dans la maison

    Lire la suite

  • L’intoxication à la nicotine pour nos shiba !

    L’intoxication à la nicotine pour nos shiba ?  Redoutable, rapide et sournoise !

    Nous allons voir ,dans cet article,l’intoxication à la nicotine pour nos animaux domestiques.

    Le but de cet article est de vous informer sur la  toxicité de la nicotine, toxicité parfois méconnue ou sous-estimée.

    Voyons les produits contenant de la nicotine.

    les cigarettes,les cigares, le tabac (pipe,shisha,à rouler ou à chiquer)

     Les cigarettes électroniques avec ses recharges 

     les patchs, les chewing-gums,comprimés, inhalateurs ou spray nasal à nicotine

     certains insecticides

    VOIR ARTICLE COMPLET

     

    chiots shiba et la neige

     

     

  • Un Shiba n’est pas un cadeau de Noël

    Pendant cette période de fêtes, certains sont tentés d’offrir un shiba en guise de cadeau.

     

    Sur la liste au père Noël d'un enfant, des jouets, des livres et… un chien. C’est LE cadeau qu’il a choisi de réclamer cette année. Parce que « c’est gentil un chien, c’est petit, c’est doux comme une peluche et ça fait des câlins ».

     

    3 conseils avant de se décider

    1- Bien se renseigner

    Quelle race de chien correspond le mieux à votre mode de vie ? Comment éduquer un chat ? Quel est le cout réel d’un animal (nourriture, soins vétérinaires, garde etc…) ? Autant de questions déterminantes auxquelles vous devrez répondre avant de prendre un animal chez vous. N’hésitez donc pas à bien vous renseigner dans les livres et auprès de professionnels.

    2- Un pacte familial

    Nous avons des devoirs envers les animaux. Le nourrir, le toiletter, le promener, le soigner… des actes que vous devrez accomplir au quotidien pendant au moins une dizaine d’années. Il est donc essentiel d’en être bien conscients et de faire intégrer cette idée à tous les membres de la famille et particulièrement aux enfants. Vous pouvez donc répartir ces tâches afin que chacun s’engage à s’occuper de l’animal. Une fois ce pacte accepté et signé, c’est parti pour des années de bonheur !

    Lire la suite

    Lire la suite

  • Shiba ou pas pour un premier chien

    La question qui revient,shiba Inu ou pas de shiba pour un premier chien.

    Quelques réponses à vos questions pour vous aider dans vos recherches sur les qualités ou défauts de ce petits japonais d' Inu

    via le lien ci dessous.

    webmaster-gif-431.gif

     

     

    Lire la suite

  • Chiens japonais un succès grandissant

    Au nombre de 10, les races nippones sont plus ou moins connues hors de leur archipel mais au pays du Soleil levant, elles sont adulées au point que certaines font partie du patrimoine naturel national et sont protégées comme des animaux en voie de disparition. Exotiques et dotés d'un calme nippon légendaire, ces chiens qu'on dit chiens-chats connaissent un succès grandissant en Europe.

  • Faire reproduire son Shiba Inu : amour ou intérêt ?

    shibajan.jpg 

    Faire reproduire son Shiba Inu : amour ou intérêt ?

     

    Ce sujet déchaîne souvent les passions, et pour cause : faire   reproduire son chien ou sa chienne est un acte qui doit être   parfaitement réfléchi, car souvent lourd de conséquences.

     

    Nombreux  propriétaires rêvent d’avoir un jour une portée de leur  compagnon  adoré qui «est le plus beau, le plus gentil », bref, parfait …  à leurs  yeux.

     

    Pour autant, faire naître et socialiser des chiots  correctement, ça  ne s’improvise pas : éleveur, c’est un métier, pas une  vocation. Cela  nécessite des connaissances pointues sur la race, sur  la génétique, sur  le comportement canin, sur le développement physique  et psychique du  chien.

     

     

    1)      Le choix des reproducteurs

     

    C’est  certainement le point le plus délicat ; nous voyons fleurir sur   internet et réseaux sociaux des annonces de saillies ; nombre de nos   connaissances veulent faire une portée à leur chien… mais ces personnes   savent elles vraiment ce qu’elles font ? Font-elles réellement les bons   choix ?

     

    -          Physique et caractère : « mon  chien est beau  et bien charpenté » … oui mais peut être a-t-il un  prognathisme ou un  autre défaut qui fera de lui certes un joli chien,  mais pas un beau  reproducteur. « Mon chien est gentil » …  oui, mais  parfois il a des  peurs excessives ou des montées en pression parfois  surprenantes  vis-à-vis de certaines situations anxiogènes.

    Le  physique et le caractère sont des éléments très importants, car  ils se  transmettent aux chiots : combien de propriétaires font  reproduire  leurs chiennes craintives, parfois même agressives,  transmettant ainsi  leurs gènes à leur chiot ? De plus en plus  malheureusement.

     

    -          Age des chiens reproducteurs : la maturité  physique n’est pas suffisante pour faire reproduire un  chien. Ne seriez  vous pas choqués si une petite fille de 13 ans était  enceinte ? Il est  important de choisir des chiens ayant atteint la  maturité physique mais  également psychique : on évite donc de faire  reproduire une chienne  avant ses 24 mois. De même, la ménopause  n’existant pas chez la chienne,  on évite aussi de faire reproduire une  chienne trop âgée (après 6 ans),  car les risques de difficultés lors de  la mise bas augmentent  considérablement.

     

    -          Etude des lignées : dans de nombreuses  races, il existe des maladies génétiques et  héréditaires. Ces maladies  peuvent être dites récessives, ce qui  implique que les deux parents  doivent être porteurs du gène défectueux  pour transmettre la maladie au  chiot. Mais il existe à ce jour des  maladies dont le mode de  transmission n’a pas été encore établi, et il  est impossible de savoir  si elle se transmet par le biais d’un seul ou  des deux parents. C’est  par exemple le cas pour l’adénite sébacée et le  VKH chez l’akita : à ce  jour, nous savons qu’il s’agit de maladies  génétiques, mais nous ne  savons pas encore si seulement l’un ou les  deux parents doivent être  porteurs pour transmettre le gène au chiot.  Pour cela, il extrêmement  important (quand on est un minimum  consciencieux) de connaître  parfaitement les lignées de chacun des  reproducteurs et de s’assurer que  d’un côté comme de l’autre, il n’y a  pas eu de chiots malades, en  remontant bien au-delà des parents et  grands parents.

    La consanguinité est également un facteur très  important, souvent  négligée par les naisseurs. Certains avancent, pour  justifier un mariage  trop consanguin, que le but est de fixer certains  caractères génétiques  de la lignée (couleur, taille, etc…) … oubliant  soigneusement que les  tares sont du coup fixées à leur tour ! Car dans  ce type de mariages, il  n’y a pas que les gènes positifs qui sont fixés  (Cf : http://www.fci.be/uploaded_files/29-2010-annex-fr.pdf )

     

    -          Tests de santé : bien souvent négligés par  les particuliers, certains sont pourtant  d’une importance capitale. Par  exemple, sur les chiens de grande race,   les radiographies des hanches  devraient être effectuées  automatiquement pour toute reproduction pour  écarter d’importants  risques de dysplasie. D’autres tests, en fonction  des races, devraient  aussi être imposés : examen des tares oculaires,  coudes, gènes du poil  long, carte ADN, etc …

    Personne ne devrait acheter de chiot sans avoir vu au préalable les tests de santé des deux parents reproducteurs.

     

    2)      La socialisation des chiots

     socialisation chiot shiba

    La  socialisation du chiot est d’une importance capitale : de la  réussite  ou de l’échec de cette étape dépendra l’adaptation du chiot  dans sa vie  future.

     

    Cela commence dès l’instant où les chiots sont  dans le ventre de leur  mère. De très nombreux exercices peuvent être  réalisés pendant la  gestation de la chienne afin de commencer à  sensibiliser les chiots au  monde extérieur.

    Une fois mis au  monde, une très grosse responsabilité incombe au  naisseur : beaucoup  s’en remettent à la mère, pensant qu’il faut  « laisser la nature suivre  son cours ».

     

    Pour autant, si l’on souhaite que les chiots  évoluent favorablement  dans notre société humaine, il faut les y  préparer. La mère transmet les  codes canins mais n’est pas apte à  socialiser ses petits à nos codes à  nous.

    Contrairement aux idées  reçues, il ne faut pas attendre les 8  semaines d’un chiot avant de le  sortir. Il est très important qu’il soit  soumis à de multiples stimuli  (dont l’intensité et la durée sera à  adapter en fonction de son âge)  afin de le préparer à sa vie dans son  futur foyer : ainsi, si le chiot  est destiné à vivre en plein centre  ville avec un chat et des enfants,  il faudra qu’il découvre tout cela  avant son arrivée dans son nouveau  foyer.

     

    Il est donc essentiel que le naisseur ait :

     

    -          Des connaissances concrètes et pointues:  sur  le développement physique et psychique du chien, savoir à quel  moment il  est possible de le soumettre à tel ou tel stimulus, lui  présenter des  êtres vivants (humains et animaux divers et variés), de  nombreux objets  de toute sorte, différents environnements, tout en  respectant des règles  strictes d’hygiène.

     

    -          De l’espace :  selon les races, certaines  portées peuvent atteindre 10 à 12 chiots,  qui prennent de plus en plus  de place au fur et à mesure qu’ils  grandissent.

     

    -          Du temps :  on ne socialise pas un chiot  uniquement les week end et une ou deux  heures par jour en semaine, c’est  un travail quotidien et de longue  haleine si l’on souhaite faire les  choses correctement

     

    -          De l’argent :  vermifuges, antiparasitaires,  soins vétérinaires, identification par  puce … une portée coûte souvent  bien plus cher qu’elle ne rapporte.

     

    3)      Le choix des futurs propriétaires et le suivi du chiot

     Shiba Inu chiots Belgique

    Savoir  choisir correctement les propriétaires qui conviendront aux  chiots  peut s’avérer être un vrai parcours du combattant. Leur mode de  vie  convient il au chiot, à sa race ? L’environnement de vie dans lequel  il  va évoluer sera il adapté ? Sauront ils faire face aux soucis divers   que l’on peut rencontrer lorsque l’on prend un chien (problème de   santé, de comportement, etc …) ? Sont-ils prêts à s’investir sur 10 ou   15 ans ?

     

    Difficile d’être sûr … mais c’est du choix du  naisseur que dépendra  l’avenir des chiots. Et si l’un de ces  propriétaires venait vouloir  abandonner le chien, quelle sera la  réaction du naisseur : cherchera  t’il à le récupérer pour le replacer,  quelque soit l’âge ou le souci de  l’animal ? Ou laissera-t-il ses  clients le vendre sur internet au  premier venu ?

     

     

    Vous  l’aurez compris, faire reproduire son chien n’est pas à la  portée de  n’importe qui. Alors posez-vous les bonnes questions :  pourquoi  tenez-vous absolument à ce que votre chien se reproduise ? Avez  vous  les compétences requises pour faire en sorte que tout se passe le  mieux  possible, tant pour votre chien que pour les futurs chiots ?

     

     

    Aimer, c’est savoir faire passer le bien des autres avant ses propres envies.

    Céline Morin

    Cynologiste La Voix du Chien LVC et Secrétaire Association Info Santé Inu

    http://www.lavoixduchien.com/

    L'Akira le shiba et son petit cousin